Visiteur Anonyme 
Accueil
 
Les partenaires
 
Introduction
Consulter
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas des oiseaux en hiver
Participer
 - 
Liste des coordinateurs
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
 - 
Documents à télécharger
  Outils
  Aide
    - 
Code de conduite
    - 
Questions/Réponses
  Statistiques
Les liens
Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 119
 
lundi 25 janvier 2016
avinews
SYNTHESE ANATIDES 2015 WETLANDS INTERNATIONAL

Chers observateurs,

Plus de 1500 contributeurs émanant de 194 structures associatives et d’organismes recensés ont participé aux dénombrements de la mi-janvier 2015. Nous les remercions pour cet effort de comptages, parfois réalisé dans des conditions climatiques difficiles !

Ces ont été réalisés sur 475 sites fonctionnels, soit une couverture de 99,7 % des entités de comptages décrites, soit le meilleur taux enregistré depuis la première campagne de 1967.

L’effectif national dénombré d’Anatidés et de foulques était de 1.139.872 oiseaux. On observe une stabilisation du total après une baisse sensible sur trois années consécutives.

Pour les espèces suivantes, la France accueille une forte proportion de l’effectif des régions biogéographiques concernées (critère Ramsar n° 6 NW Europe et W Méditerranée) : le Canard souchet (14 sites), la Bernache cravant à ventre sombre (14 sites), le Canard chipeau (7 sites), le Canard pilet (6 sites), le Fuligule milouin et la Sarcelle d’hiver (5 sites).

Des effectifs relativement faibles des espèces suivantes ont été dénombrés : Tadorne de Belon, Canard siffleur, Fuligules morillon, milouinan, canards marins, Oies des moissons et rieuse. Les espèces suivantes ont progressé sensiblement par rapport à 2014 : Canards chipeau, souchet, Nette rousse, Oie cendrée, Bernaches cravant, nonnette, du Canada et les Cygnes.

25 sites ont hébergé plus de 10.000 canards et foulques, totalisant 53,4 % de l’effectif national compté, soit une proportion comparable à celle de 2014 (52,8 %), mais sensiblement inférieure à celle de 2013 (59%) et de 2012 (64 %).

34 sites ont atteint ou dépassé au moins un des seuils numériques des critères Ramsar fixant l’importance internationale des zones humides, soit quatre sites de plus qu’en 2014. Ils ont tous accueilli plus de 1 % de la population biogéographique d’au moins une espèce et 10 d’entre eux hébergeaient plus de 20.000 anatidés et foulques (critère n° 5 de la Convention de Ramsar).

Bernard Deceuninck

Document à télécharger :  synthese_wi_2015-2946.pdf
posté par Nidal Issa
 
vendredi 3 juillet 2015
avinews
Parution de l'Atlas des oiseaux de France métropolitaine

Cher(e)s Collègues,

Au terme de 6 années d’investissement et d’efforts communs et partagés, l’Atlas des oiseaux de France paraîtra très prochainement.

LA nouvelle référence de l'ornithologie en France

Pour la première fois, toutes les connaissances sur les oiseaux nicheurs et hivernants de France réunies.

Une somme unique compilant des millions de données collectées par plus de 10 000 observateurs

357 espèces. Plus de 700 photographies et 1 500 cartes de répartition

L’aboutissement de 4 années d’inventaires, conduits entre 2009 et 2012.

Plus de 2500 références bibliographiques

L'ensemble dans un ouvrage de 1 400 pages réparties en 2 volumes de 700 pages chacun et réunis dans un coffret unique

Le tout complété par des analyses graphiques et cartographiques, permettant d’évaluer l’évolution de l’avifaune depuis 40 ans dans un contexte de changements globaux. Véritable monument du savoir ornithologique, cette somme établit les fondements en matière de recherche sur les oiseaux et définit les orientations pour leur préservation au XXIe siècle.

Offre spéciale de lancement:

·         Prix de lancement éditeur: 85 € valable jusqu'au 31/12/2015

·         Remise spéciale LPO supplémentaire de 5%, soit 80,75 € au lieu de 85 €, valable jusqu'au 31/12/2015 

  • Frais de port réduits : 4€ au lieu de 8 €* sur toute pré commande enregistrée avant le 15 octobre 2015 sur la Boutique LPO. 

* Offre valable jusqu'au 15/10/2015 (forfait de 8€ au-delà). Frais de port réduits pour les envois en France métropolitaine uniquement. Hors France métropolitaine, nous consulter. Toute commande comportant un autre produit que l'Atlas des oiseaux nicheurs de France métropolitaine se verra appliquer le forfait de 8€ pour les frais d'envoi.

> Pour bénéficier des frais de port à moitié prix, tapez le code FDPATLAS dans la case code promotion avant de valider votre panier

 > Pour une commande courrier, téléchargez le bon de réservation

 >Pour une commande par mail directement sur la boutique LPO, cliquer sur le lien ci-dessous

posté par Nidal Issa
 
mercredi 3 juin 2015
avinews
Invitation et appel à communications Colloque international « Avifaune et changements climatiques »

Dans le cadre de la 21ème conférence mondiale sur le climat qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris, la LPO et le MNHN organisent un colloque international sur les oiseaux et les changements climatiques (traduction simultanée en anglais) :

 

9 et 10 octobre 2015

Grand amphithéâtre du Muséum National d’Histoire Naturelle

57 rue Cuvier, 75005 Paris

posté par Nidal Issa
 
mardi 4 février 2014
avinews
SYNTHESE WETLANDS INTERNATIONAL 2013

Les dénombrements des oiseaux d'eau de la mi-janvier 2013 représentaient la 47ème opération de ce type menée en France. Ce suivi des zones humides du pays se poursuit sans discontinuer depuis 1967. Il repose sur la contribution régulière de plus d’un millier de participants émanant de plus d’une centaine de structures différentes. Nous tenons à les remercier pour leur enthousiasme et leur participation ! Près de 1600 sites regroupés en 454 secteurs fonctionnels ont été prospectés.

 1.188.036 anatidés et foulques ont été dénombrés à la mi-janvier 2013, soit un peu moins qu'en 2012. Aucun afflux notable d'oiseaux d'eau n'a été noté en raison des conditions climatiques clémentes qui prévalaient lors des comptages.

Des effectifs relativement faibles de Fuligule milouinan, Eider et Tadorne de Belon ont été notés. En revanche, les Bernaches nonnette et du Canada, le Fuligule nyroca, le Harle bièvre, la Harelde boréale et le Cygne de Bewick ont progressé. Les effectifs de Harle piette, Bernache cravant, Canards colvert, chipeau et pilet et Fuligule milouin sont stables.

Pour plusieurs oiseaux d’eau, la France accueille une forte proportion de l’effectif des régions biogéographiques concernées (NW Europe et W Méditerranée). 29 sites ont hébergé plus de 10.000 canards et foulques, totalisant plus de 59 % de l’effectif national compté, soit une proportion sensiblement inférieure à celle de 2012 (64%) et de 2011 (60,4 %).

35 sites ont atteint ou dépassé au moins un des seuils numériques des critères Ramsar fixant l’importance internationale des zones humides, soit cinq sites de plus qu’en 2012. Ils ont tous accueilli plus de 1 % de la population biogéographique d’au moins une espèce et 10 d’entre eux hébergeaient plus de 20.000 anatidés et foulques (critère 5 de la Convention de Ramsar).

L’importance du réseau des zones humides de l’hexagone se confirme par le fait que 30 sites ont atteint ou dépassé au moins un des seuils numériques des critères Ramsar fixant leur importance internationale.

posté par Nidal Issa
 
jeudi 17 janvier 2013
avinews
Synthèse Wetlands International 2012

Le dénombrement des oiseaux d'eau coordonné à la mi-janvier 2012 représentait la 46ème opération de ce type menée en France. Ce suivi des zones humides du pays se poursuit sans discontinuer depuis 1967. Il repose sur la contribution régulière de plus d’un millier de participants émanant de plus d’une centaine de structures différentes que nous tenons à les remercier pour leur enthousiasme et leur participation ! Plus de 1500 sites regroupés en 429 secteurs fonctionnels ont été prospectés.

 

1.302.543 anatidés et foulques ont été dénombrés à la mi-janvier 2012. On observe une stagnation des effectifs d’oiseaux d’eau par rapport à l'année précédente. Contrairement à 2011, les afflux d'oiseaux d'eau ont été peu marqués en raison des conditions climatiques clémentes qui prévalaient lors des comptages.

Des effectifs relativement faibles de Tadornes de Belon, de canards plongeurs et marins ont été notés, de même que de cygnes et d'oies. En revanche, les nombres de Bernaches cravants à ventre sombre, de Canards chipeaux, de Canards colverts et de Sarcelles d'hiver ont été relativement élevés.

Pour plusieurs oiseaux d’eau, la France accueille une forte proportion de l’effectif des régions biogéographiques concernées (NW Europe et W Méditerranée). Plusieurs localités atteignent le seuil d’importance internationale (1% de la population biogéographique estimée) pour les espèces suivantes : le Canard souchet (10 sites), le Fuligule milouin (7 sites), le Canard chipeau (5 sites), le Canard pilet (6 sites), le Tadorne de Belon (8  sites), la Sarcelle d’hiver (6 sites) et la Bernache cravant à ventre sombre (11 sites).

L’importance du réseau des zones humides de l’hexagone se confirme par le fait que 30 sites ont atteint ou dépassé au moins un des seuils numériques des critères Ramsar fixant leur importance internationale.

 

La synthèse « anatidés et foulques dénombrés à la mi-janvier 2012 »  est téléchargeable sur le lien suivant :http://www.atlas-ornitho.fr/index.php?m_id=214

posté par Nidal Issa
 
mardi 12 juin 2012
avinews
plaquette Anatidés-Limicoles en France

A l’occasion de la 5ème rencontre des parties de l’AEWA qui s’est déroulée du 14 au 18 mai dernier à La Rochelle, la LPO et l’ONCFS ont édité une plaquette d’information qui présente en avant-première les résultats des différents suivis dont font l’objet les anatidés et les limicoles au niveau national.

Cette plaquette est disponible en téléchargement au lien ci-dessous ou dans l'onglet Information-Documents à télécharger.

N. ISSA

posté par Nidal Issa
 
mardi 12 juin 2012
avinews
Statut de la Chouette de Tengmalm Aegolius funereus dans le massif vosgien au début du XXIème siècle

En France, la Chouette de Tengmalm niche dans les massifs des régions montagneuses (Vosges, Jura, Massif central, Préalpes, Alpes, Pyrénées) et les principaux plateaux de l'Est (Ardennes, plateaux lorrain, champenois et bourguignon, Morvan).

L’analyse des 533 données collectées dans le massif vosgien entre 2000 et 2009 permettent d’identifier 129 territoires occupés : 21 dans les Vosges du Nord, 35 dans les Vosges moyennes et 73 dans les Hautes-Vosges.

L’aire de répartition de la Chouette de Tengmalm a peu évolué par rapport à la précédente synthèse datant de 1988. Cependant, les effectifs sont fluctuants d’une année à l’autre, rendant la fourchette d’estimation de la population de l’ensemble du massif vosgien assez large : entre 20 et 100 couples.

Source : MULLER Y. (2011). Statut de la Chouette de Tengmalm Aegolius funereus dans le massif vosgien au début du XXIème siècle . Ciconia 35 (2) : 49-62.

Photo : Gaëtan Delaloye

posté par Nidal Issa
 
mardi 12 juin 2012
avinews
Première preuve de nidification de la Chevêchette d’Europe Glaucidium passerinum dans les Vosges moyennes. Quelques données sur le comportement et le régime alimentaire.

Jusqu’à la fin de 20ème siècle, les observations de Chevêchette d’Europe dans le massif vosgien ont toujours été exceptionnelles et aucune reproduction n’y a été prouvée. En 2002, un premier couple nicheur est découvert dans les Vosges du Nord.

Dans les Vosges moyennes, le premier contact avec l’espèce a lieu en 2008. 2 oiseaux y sont entendus au printemps puis un sur le même site à l’automne suivant. En février 2009, un chanteur est de nouveau entendu au même endroit. En mars, le couple est localisé : il occupe une ancienne cavité de Pic épeiche dans un sapin. Le déroulement de la nidification est suivi tout au long du printemps : 4 jeunes volants sont finalement observés en juin.

L’étude du régime alimentaire par des observations directes lors de l’apport ou du dépeçage des proies indique une majorité de rongeurs (Mulots et Campagnols) lors du nourrissage au nid puis d’oiseaux suite à l’envol des jeunes chevêchettes (Troglodyte mignon, Mésanges noire, nonnette, à longue queue, Accenteur mouchet).

Source :

BERGER J.-M & SAINT-ANDRIEUX J.-P. (2011). Première preuve de nidification de la Chevêchette d’Europe Glaucidium passerinum dans les Vosges moyennes. Quelques données sur le comportement et le régime alimentaire. Ciconia 35 (1) : 25-28.

Photo : M. Chatelain

posté par Nidal Issa
 
mardi 12 juin 2012
avinews
Le Courlis cendré Numenius arquata en Lorraine : effectif, évolution des populations et bilan des mesures agri-environnementales

Le Courlis cendré est menacé en Europe par la disparition de son habitat et l’intensification des pratiques agricoles. Depuis la réforme de la PAC en 1992, les Mesures Agri-Environnementales (MAE) sont le principal outil utilisé pour la conservation de l’espèce.

Une enquête réalisée en Lorraine par le COL indique la présence de 75 à 80 couples nicheurs répartis exclusivement dans les grands ensembles prairiaux des vallées alluviales : vallée de la Meuse (36 couples), de la Seille (16-19 couples) et de la Nied (9-11 couples), et secondairement dans les vallées de la Sarre (6 couples), de l’Albe (4 couples) et de la Vezouze (3 couples).

Depuis la dernière enquête datant de 1992, la population nicheuse de Courlis cendré en Lorraine accuse un déclin d’environ 40 %, particulièrement marqué dans les vallées de la Meuse et de la Nied (diminution supérieure à 50 %). L’espèce connaît dans cette région une contraction de sa répartition accompagnée d’une disparition des petites populations isolées.

Dans le cas de la Lorraine, les  MAE ont globalement été insuffisantes pour enrayer le déclin du Courlis cendré. Une meilleure conservation de l’espèce passe par l’étude et la détermination des mécanismes biologiques et des facteurs historiques qui interviennent dans les tendances locales et par une extension et une localisation plus pertinente des surfaces de prairies bénéficiant de MAE « retard de fauche ».

Source :

BRODIER S. (2011). Le Courlis cendré Numenius arquata en Lorraine : effectif, évolution des populations et bilan des mesures agri-environnementales. Ciconia 35 (1) : 1-21.

Photo : Fabrice Cahez

posté par Nidal Issa
 
lundi 21 mai 2012
avinews
Etudes des Pics dans les forêts deux-sévriennes

Un inventaire portant sur les picidés et l’Engoulevent d’Europe a été réalisé en 2011 (et poursuivi en 2012) par le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres dans 12 bois répartis à travers le département. Le protocole se base classiquement sur la méthode des points d’écoute éloignés d’au moins 1km les uns des autres. Les espèces contactées sont le Pic vert, le Pic épeiche, le Pic épeichette, le Pic mar (espèce considérée comme rare en Deux-Sèvres) et le Pic noir, dont l’expansion départementale est à l’image de la situation nationale. En revanche, le Pic cendré, dont l’aire de répartition atteint sa limite en Deux-Sèvres, n’a pas été observé. Cette dernière espèce connaît une régression importante à l’échelle nationale justifiant son statut de Vulnérable sur la liste rouge de l’UICN.

Source :

BRAUD C., DEBENEST E. & PASSERAULT J.-M. (2011). Pics et engoulevents en forêts deux-sévriennes. Premiers éléments d'une prospection des oiseaux forestiers. Lirou 30 : 13-19.

posté par Nidal Issa
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 119
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017